présentation

 

 

introduction

Nous proposons aux enseignants une série de vidéos en ligne, libres d’accès. Ces tutoriels adressés aux élèves sont conçus pour permettre aux enseignants d’expérimenter ou d’initier dans leur classe une démarche qui, dans la classe, intègre le corps de l’élève comme un levier pour les apprentissages et le mieux être à l’école.

Les exercices sont simples, même si certains demandent une véritable attention.

Les effets attendus des exercices proposés sont de trois ordres :

 

• Apprendre à focaliser son attention

• Apprendre à se dé-tendre

• Apprendre à se redynamiser.

 

L’expérimentation menée dans une classe de CM2 de l’école Charpak à Bastia en 2015/2016, nous a permis de constater que ces pratiques simples font évoluer favorablement la posture mentale de l’élève. Nous avons constaté chez les élèves de cette classe une meilleure réceptivité, une attention renforcée, une confiance accrue, un bien-être sensible et partagé dans le groupe classe.

 

photo : Claire-Lise de Zerbi

des tutoriels de yoga

à destination des écoles…

public : cycle 2-cycle 3 (7-11 ans)

1. La démarche

2. Les exercices

3. Liens avec les programmes de l’école

4. Un esprit sain dans un corps sain

5. Aspects linguistiques

6. Utilisation des tutoriels

7. Conclusion

8. Sitographie

 

1. La démarche

 

Pourquoi s’intéresser au corps de l’élève dans la classe ?

Parce qu’il en est le parent pauvre.

Les postures de l’élève dans la classe ne se déclinent pas au pluriel, il n’en est qu’une : assis.

Pour les gestes, la gymnastique du corps de l‘élève en classe est pauvre. Une fois assis, lever la main reste le geste le plus dynamique.

Pour l’écriture, seuls trois doigts sont mobilisés. Là on attend une motricité en réalité très fine. Les cahiers des élèves en attestent, ce n’est pas simple de tracer les caractères comme il faut. Les majuscules sont résistantes, certains en tirent la langue.

Un corps assis (souvent mal), un bras qui se lève et trois doigts qui déplacent la pointe d’un stylo, voilà en gros comment est utilisé le corps de l’enfant dans la salle de classe.

Pour le reste : lire, écouter, participer, chercher ne sont pas des activités qui engagent le corps.

Partant de ce constat, nous avons émis l’idée qu’il était possible de faire vivre le corps de l’élève dans la classe de façon plus riche, plus stimulante.

Il nous a semblé logique de questionner ce que le yoga avait à dire sur le corps, cette école vieille de plusieurs millénaires, codifiée, en évolution constante, s’intéresse de plus en plus aux enfants, et en particulier aux enfants à l’école. Depuis près de 40 ans, le RYE – Recherche sur le Yoga dans l’Education – forme des enseignants, des éducateurs et des professeurs de yoga à l’utilisation de techniques issues du yoga traditionnel.

Le RYE a reçu en 2013 l’agrément du ministère de l’Education nationale au titre de sa contribution à l’enseignement public.

 

Agrément national accordé au titre des associations éducatives complémentaires de l'enseignement public à l'association « Recherche sur le Yoga dans l'éducation » (RYE)

NOR : MENE1300339A arrêté du 4-7-2013 MEN - DGESCO B3-4

Par arrêté du ministre de l'éducation nationale, en date du 4 juillet 2013, l'association « Recherche sur le Yoga dans l'éducation » (RYE) qui apporte son concours à l'enseignement public, est agréée pour une durée de cinq ans. L'agrément est étendu à ses structures locales.

 

Les pratiques basiques proposées dans ces tutoriels sont directement inspirées du RYE, nous y avons ajouté pour certains une narration, support de langage et vecteur de sens.

 

2. Les exercices

 

Ces exercices sont à considérer comme des ponctuations au cours de la journée de classe, ils peuvent être utilisés lors de changement d’activité. Les exercices sont de quatre types :

 

1. La bonne posture : deux tutoriels initiaux montrent la bonne posture, que l’élève soit assis ou debout, il doit éviter de croiser les jambes, avoir le dos droit, avoir les deux pieds qui touchent par terre. Cette éducation posturale, cette sensibilisation à « la bonne posture », particulièrement pour la position assise, nous paraît être une problématique de santé publique qu’il convient de questionner dans la classe.

2. La concentration : la question de l’attention en classe peut être abordée avec les élèves de façon positive, nous proposons trois exercices concrets pour focaliser l’attention. L’expérience nous a montré que les élèves sont friands de ces techniques (en particulier avant une évaluation). Si certains ont du mal à se concentrer, tous sont partants pour explorer des techniques leur permettant d’améliorer leur concentration.

3. Le retour au calme : Tous les enseignants connaissent la difficulté de remettre une classe au travail après une récréation pluvieuse sous un préau bruyant. Les fins de semaines, les fins de périodes avant les vacances sont des moments de bruit, d’excitation où il nous est plus difficile d’exercer nos missions. Les élèves ne sont pas conscients qu’ils sont agressés par des niveaux sonores néfastes pour leur santé. Les exercices de retour au calme proposés sont ludiques, simples, efficaces et appréciés. Bien conduits, de façon régulière, ils sont un réel apport permettant de recentrer les élèves afin d’adapter leur état au milieu de la salle de classe.

4. L’énergétisation : à l’inverse de l’état précédent, il arrive que l’enseignant ait un sentiment de solitude en exerçant devant une classe atone. Il est nécessaire à ce moment de redynamiser les fonctions vitales du corps par des exercices appropriés. Les exercices proposés mobilisent le corps de façon dynamique en utilisant le geste et le souffle, ils impactent le fonctionnement du cerveau qui suite aux exercices soutenus se retrouve irrigué et oxygéné.

 

Par ailleurs, il est important de souligner que nous avons constaté des effets à priori non attendus dans la classe suite à ce travail :

Faire ensemble - Vivre ensemble. Les rituels collectifs, à l’unisson gestuel, ont un effet positif sur le fonctionnement de la classe. Ces activités très appréciées des élèves sont incontestablement structurantes pour la cohésion du groupe classe.

Se voir être, ce savoir être. Au-delà de l’effet direct induit par ces pratiques, le fait pour chaque élève de maîtriser des techniques pour influer sur son état (attentionnel par exemple) lui permet d’avoir une attitude réflexive et de s’autoévaluer. Cette simple conscience alimentée par les mots (l’exercice à un objectif) et la pratique (une série de gestes associés au souffle) a permis à chacun d’apprendre à mieux réguler son état, en en étant simplement conscient, dans l’observation. C’est là, de notre point de vue, un des effets les plus intéressants de cette démarche. Amener l’élève à être conscient de son état par un travail sur lui-même plutôt que par une remarque ou une injonction : « calme toi, concentrez-vous, réveille-toi … » par exemple.

 

3. Liens avec les programmes de l’école

 

Extraits du programme d'enseignement du cycle de consolidation (cycle 3) en lien avec le projet "Ciucciu Yoga".

NOR : MENE1526483A

arrêté du 9-11-2015 - J.O. du 24-11-2015

MENESR - DGESCO MAF 1

 

Volet 1 : les spécificités du cycle de consolidation (cycle 3)

L'éducation physique et sportive occupe une place originale où le corps, la motricité, l'action et l'engagement de soi sont au cœur des apprentissages et assure une contribution essentielle à l'éducation à la santé. Par la confrontation à des problèmes moteurs variés et la rencontre avec les autres, dans différents jeux et activités physiques et sportives, les élèves poursuivent au cycle 3 l'exploration de leurs possibilités motrices et renforcent leurs premières compétences.

 

Volet 2 : Contributions essentielles des différents enseignements au socle commun.

Domaine 1

Les langages pour penser et communiquer

Comprendre, s'exprimer en utilisant une langue étrangère ou régionale

L'enseignement des langues étrangères ou régionales développe les cinq grandes activités langagières (écouter et comprendre, lire, parler en continu, écrire, réagir et dialoguer) qui permettent de comprendre et communiquer à l'écrit et à l'oral dans une autre langue.

En français, en étude de la langue, on s'attache à comparer le système linguistique du français avec celui de la langue vivante étudiée en classe.

Comprendre, s'exprimer en utilisant les langages des arts et du corps

Tous les enseignements concourent à développer les capacités d'expression et de communication des élèves.

L'éducation physique et sportive apprend aux élèves à s'exprimer en utilisant des codes non verbaux, gestuels et corporels originaux. Ils communiquent aux autres des sentiments ou des émotions par la réalisation d'actions gymniques ....

Domaine 3

La formation de la personne et du citoyen

L'ensemble des enseignements doit contribuer à développer la confiance en soi et le respect des autres.

 

Volet 3 : les enseignements.

 

     Éducation physique et sportive

 

L'éducation physique et sportive développe l'accès à un riche champ de pratiques, à forte implication culturelle et sociale, importantes dans le développement de la vie personnelle et collective de l'individu. Tout au long de la scolarité, l'éducation physique et sportive a pour finalité de former un citoyen lucide, autonome, physiquement et socialement éduqué, dans le souci du vivre-ensemble. Elle amène les enfants et les adolescents à rechercher le bien-être et à se soucier de leur santé. Elle assure l'inclusion, dans la classe, des élèves à besoins éducatifs particuliers ou en situation de handicap. L'éducation physique et sportive initie au plaisir de la pratique sportive.

 

L'éducation physique et sportive répond aux enjeux de formation du socle commun en permettant à tous les élèves, filles et garçons ensemble et à égalité, a fortiori les plus éloignés de la pratique physique et sportive, de construire cinq compétences travaillées en continuité durant les différents cycles :

 

Compétences travaillées

1. Développer sa motricité et construire un langage du corps

• Adapter sa motricité à des situations variées. Acquérir des techniques spécifiques pour améliorer son efficacité. Mobiliser différentes ressources (physiologique, biomécanique, psychologique, émotionnelle) pour agir de manière efficiente.

2. S'approprier seul ou à plusieurs par la pratique, les méthodes et outils pour apprendre

• Apprendre par l'action, l'observation, l'analyse de son activité et de celle des autres. Répéter un geste pour le stabiliser et le rendre plus efficace. Utiliser des outils numériques pour observer, évaluer et modifier ses actions.

3. Partager des règles, assumer des rôles et des responsabilités

• Assumer les rôles sociaux spécifiques aux différentes APSA et à la classe (joueur, coach, arbitre, juge, observateur, tuteur, médiateur, organisateur...).

• S'engager dans les activités sportives et artistiques collectives.

4. Apprendre à entretenir sa santé par une activité physique régulière

• Évaluer la quantité et la qualité de son activité physique quotidienne dans et hors l'école.

• Connaitre et appliquer des principes d'une bonne hygiène de vie.•

5. S'approprier une culture physique sportive et artistique

• Savoir situer des performances à l'échelle de la performance humaine.

• Comprendre et respecter l'environnement des pratiques physiques et sportives.

 

Croisements entre enseignements

 

L'éducation physique et sportive offre de nombreuses situations permettant aux élèves de pratiquer le langage oral. Ils sont ainsi amenés à utiliser un vocabulaire adapté, spécifique pour décrire les actions réalisées par un camarade et eux-mêmes, pour organiser leur activité ou celle d'un camarade et pour exprimer les émotions ressenties. Ils développent aussi des compétences de communication en pratiquant un langage dans un genre codifié.

En lien avec l'enseignement de sciences, l'éducation physique et sportive participe à l'éducation à la santé (besoins en énergie, fonctionnement des muscles et des articulations...) En articulation avec l'enseignement moral et civique, les activités de cet enseignement créent les conditions d'apprentissage de comportements citoyens pour respecter les autres, refuser les discriminations, regarder avec bienveillance la prestation de camarades, développer de l'empathie, exprimer et reconnaitre les émotions. Une langue vivante étrangère ou régionale peut être utilisée par exemple, pour donner les consignes de jeu, pour commenter une rencontre, comme langue de présentation d'un spectacle acrobatique...

 

 

4. Un esprit sain dans un corps sain

Cette maxime célèbre qui a traversé les âges ne relève plus seulement de l’intuitif ou de la connaissance empirique.

La littérature scientifique pointe vers les mêmes conclusions. Si chacun sait que les mouvements volontaires sont « pilotés » par le cerveau, à l’inverse, il est de plus en plus avéré qu’il existe un lien très fort entre le fonctionnement du corps et le fonctionnement du cerveau.

En effectuant une revue des différentes études réalisées sur le sujet, il apparait que les scientifiques ont mis en évidence des liens entre l’activité physique, le développement du cerveau et la réussite scolaire.

En voici les principales conclusions :

 

Le mouvement :

La recherche montre que l’activité physique soutenue a un effet positif sur les fonctions cognitives.

• Chez les enfants physiquement actifs, les noyaux gris centraux du cerveau et l’hippocampe sont plus développés. Ces deux zones du cerveau sont impliquées dans le contrôle des pensées, du comportement, des actions ainsi que dans la prise de décision.

• Les enfants physiquement actifs ont de meilleures capacités d’attention et de concentration. Ils sont aussi plus persévérants.

• Les enfants actifs réussissent mieux dans les activités scolaires, y compris lors des évaluations.

• L’activité physique améliore la performance scolaire des enfants qui souffrent de déficit d’attention, d’hyperactivité ou de troubles du spectre autistique.

• Enfin, l’activité physique est également un excellent moyen de favoriser l’estime de soi et de réduire le stress et l’anxiété.

 

Le geste et la respiration :

Certains des exercices proposés ne sollicitent pas le corps de façon soutenue.

Il s’agit de pratiques douces où le geste est associé à la respiration.

Nous avons souligné plus haut qu’une éducation posturale était importante pour la santé. De la même façon, retenons que notre cerveau a besoin d’oxygène pour être correctement irrigué. Ainsi par une pratique régulière et consciente, l’éducation à la respiration complète est un levier efficace pour un fonctionnement sain du cerveau, siège des fonctions cognitives.

De la même façon la régulation des émotions, de l’attention par le souffle est l’objet de nombreuses recherches. Ces travaux de recherche tendent à démontrer que la pratique consciente de cette fonction involontaire qu’est la respiration est positive pour la gestion du stress et par là (à minima) influe sur la qualité des apprentissages.

 

 

5. Aspects linguistiques

 

« Last but not least » la dimension plurilingue du projet : les vidéos se déclinent en trois langues, l’anglais langue internationale, le français langue nationale, le corse langue régionale.

Les élèves qui se seront approprié un exercice dans une des langues du projet pourront passer par l’écoute et le geste pour s’imprégner de la musique des sonorités d’une autre langue. Guidés, ils pourront se laisser tenter une approche comparative des langues. Structures syntaxiques, mots transparents (energia, energy, énergie), racines communes (breath in, inspira, inspire). Tous les textes des exercices en trois langues sont disponibles sur le site.

Autre piste, dans un objectif de pratique de la langue orale, il est possible de muter le son et laisser les élèves des classes guider les exercices dans une langue ou une autre en s’appuyant sur les vidéos.

 

 

6. Utilisation des tutoriels

 

Chaque enseignant pourra en faire un usage adapté à sa classe. Les tutoriels peuvent être utilisés puis éventuellement abandonnés lorsque les élèves auront acquis la maîtrise des exercices. Nous avons constaté que les élèves aiment guider la séance, et par la gestuelle et/ou par la parole, ils peuvent donc se suppléer aux vidéos et aux textes enregistrés. De la même façon un enseignant qui aura intégré les pratiques pourra guider les exercices avec sa classe.

Deux points nous paraissent devoir être soulignés dans ce paragraphe.

Il n’est pas forcément nécessaire de ritualiser ces exercices qui seraient plutôt à utiliser en fonction des besoins, de l’état des élèves.

L’intégration des exercices et de leurs effets supposent la répétition régulière. Faute de régularité, ces pratiques ne seraient plus des ponctuations qui rythment la journée de classe (pour passer d’une activité à une autre par exemple) mais de simples parenthèses récréatives.

 

 

7. Conclusion

 

L’ambition modeste de ce projet est de proposer un outil aux enseignants qui souhaitent intégrer la dimension corporelle des élèves dans leur pratique de classe. Ce travail se veut être une pierre à l’édifice du mieux-être à l’école sans lequel il n’y aura pas de mieux apprendre. Les recherches nouvelles et foisonnantes en neurosciences, en psychologie cognitive en attestent.

Si nous avons bien conscience que cette proposition n’est pas de nature à révolutionner les acquisitions des élèves dans nos classes, nous pensons que l’approche par le corps est à développer, à explorer, qu’elle doit faire l’objet de travaux de recherche au bénéfice de tous, élèves et enseignants.

Nous espérons pouvoir contribuer par notre proposition à l’intégration de cette démarche dans la pratique quotidienne de la classe.

 

8. Sitographie

 

• Thèse : Les effets de l'exercice physique sur le fonctionnement cognitif de l'enfant

https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/handle/1866/6260

 

• Activité physique et TDAH

http://rire.ctreq.qc.ca/2016/04/activite-physique-tdah/

 

• Activité physique, du bienfait pour le cerveau des enfants.

http://naitreetgrandir.com/fr/nouvelles/2014/12/12/20141212-activite-physique-bienfaits-cerveau-enfants/

 

• Article : L'activité physique et la réussite, y a-t-il un lien ?

http://www.alloprof.qc.ca/BV/Pages/t1018.aspx

 

• Portrait du développement moteur et de l'activité physique au Québec chez les enfants de 0 à 9ans.

https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/docs/GSC996/F142972850_Rapport_final_VersionF_vrier_2012final.pdf